Vygotsky – défectologie et déficience mentale et quand mon vertige nauséeux face à plus d’un siècle de retard me donne envie de tout écraser en soulevant le Grand Colon

Aujourd’hui, je n’avais pas prévu d’écrire sur le blog : j’ai plein de boulot. Mais en bossant, je relis un petit livre « Défectologie et déficience mentale » de Lev Vygostky (LV) et vous allez voir que quand on dit qu’on est en retard sur la prise en charge des enfants avec une déficience intellectuelle : ça n’est pas exagéré.

Screen Shot 2019-02-20 at 13.24.06.png

Geneviève si un jour tu passes par là : merci d’avoir contribuer à la diffusion de ces travaux !!

Un petit coup de préface pour aujourd’hui, ça suffira

Dans le préface de ce livre, Jean-Luc Lambert retrace l’itinéraire de LV.

LV enseignait à l’Institut de Psychologie de Moscou de 1924 à 1934. C’était un spécialiste de l’éducation spécialisée et il s’est intéressé à différents handicaps : cécité, surdité, infirmité motrice et déficience intellectuelle, qu’il appelait « déficience mentale », c’était dans les année 20-30, on lui pardonne le vocabulaire, d’autant plus que je suis toujours SCIEE littéralement de voir à quel point il était en avance sur « nous ». Qui est « nous » ? Je vous laisse deviner.

Quand je lis Vygostky, à chaque fois, je sens ma mâchoire qui descend et mon estomac qui remonte et parfois même j’ai les larmes qui me montent aux yeux : qu’est-ce qu’on a foutu pendant un siècle ? Ok il a fallu attendre 1962 pour avoir une première traduction en anglais des travaux de LV. Mais alors, qu’est-ce qu’on a foutu depuis plus de 50 ans ???

Vygotsky devait lire beaucoup : il connaissait les travaux de ses collègues à travers le monde et il les analysait et les critiquait de manière pertinente et constructive.

Je vais juste citer en vrac des passages de la préface de JL Lambert car je partage sa lecture et son sentiment de : C’est incroyable qu’un psychologue ait pu écrire des choses comme ça au début du 20ème siècle.

Ca me le refait à chaque fois que je lis Vygostky : P… B… de M… mais qu’est-ce qu’on fou chez nous en ce début de 21ème siècle ? Est-ce que les gens de l’éducation nationale ne savent pas lire ??? Oui, je deviens médisante mais il y a bien un moment où il faudra que ça s’arrête cette maltraitance des enfants avec une déficience intellectuelle par notre système éducatif.

Bref, allez, citons JL Lambert et allons manger…

La théorie et le terrain

Vygotsky n’a pas de théorie fondamentale applicable à la pratique, parce que pour lui, théorie et pratique s’articulent inévitablement dans une relation dialectique ayant pour base l’activité du sujet et son statut fondamentalement social

Là, je me retrouve dans mon « dada » du moment : il faut connecter la recherche fondamentale et appliquée et construire la recherche en lien avec le terrain.

L’enfant n’est pas réductible à un score à un test à un instant t

Pour Vygotsky, l’étude de la déficience intellectuelle telle qu’elle est menée dans un ensemble de pays en ce premier quart de siècle – on pense plus particulièrement à la France avec Binet et aux Etats-Unis avec Terman- est particulièrement réductrice parce qu’elle articule l’ensemble du tableau autour des déficits intellectuels mesurés par des tests. Vygotsky ne rejète pas l’utilisation de ces mesures. Il affirme seulement que les déficiences intellectuelles d’un enfant retardé ne sont qu’un aspect de son fonctionnement mental et que d’autres compétences doivent être prises en compte pour comprendre sa personnalité

C’est bien mieux dit que ce que j’aurais pu écrire !

1994 – 2019 : mais il ne s’est rien passé ou quoi ?

La critique formulée par Vygotsky à l’égard de l’approche psychométrique dans le champ de la déficience mentale n’a été comprise que récemment par des chercheurs [[Jean-Luc Lambert écrit ça en 1994 il y a plus de 20 ans !]], lesquels ont vu tout le parti à retirer de la notion de la zone proximale de développement. »

… Vygotsky met en question la manière traditionnelle de poser le problème des mesures pédagogiques à prendre sur la base d’un diagnostic de développement. Trop souvent, le niveau de développement mental de l’enfant obtenu à l’aide d’un test est considéré comme une limite qu’il est incapable de dépasser…

Non ? Allez voir

Je pense donc je suis vs. on m’apprend à penser donc je deviens

… [LV] stigmatisait l’idée selon laquelle l’éducation spécialisée ne devait pas faire appel à une pensée abstraite. En procédant de la sorte, écrivait-il, on n’aide pas l’enfant retardé à dépasser son incapacité naturelle, on la consolide.

Que dire ? Tout est dans le titre que j’ai choisi pour cette section.

L’intégration scolaire, 100 ans de retard sur LV

… le placement d’un enfant retardé dans une école spéciale entraîne souvent une sigmatisation importante responsable d’une réduction des rôle sociaux disponibles pour favoriser le développement.

C’est là que je vais m’arrêter avant de vous citer directement Vygosky parce que :

(1) je dois rentrer, je suis sensée être en congés depuis 2h;

(2) j’ai envie d’hurler, juste d’hurler, de soulever le Grand Colon que je vois depuis ma fenêtre et l’envoyer à la tête de… de qui ? Je ne saurais même pas.

 

2 commentaires sur “Vygotsky – défectologie et déficience mentale et quand mon vertige nauséeux face à plus d’un siècle de retard me donne envie de tout écraser en soulevant le Grand Colon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s