Tu communiqueras : Avec tes mains ?

Etant déjà sensibilisée à la CAA (Communication Augmentée et Alternative, cf. Tu communiqueras : La CAA – 1. Définition), je me creuse les méninges depuis le printemps sur « quel(s) outil(s) de communication allons-nous utiliser avec Céleste ? ». C’est très très intimidant en fait de se dire « qu’on doit décider » du média par lequel son enfant va pouvoir communiquer et peut-être un jour accéder au langage, même si on ne décide pas seul, la question ne se pose pas pour l’enfant « ordinaire ». J’ai été paralysée pendant plusieurs mois parce qu’il n’y a pas une bonne manière idéale de faire, et parce qu’en plus, ça dépend énormément de l’enfant, certes, mais aussi des capacités d’adaptation de ses parents, c’est-à-dire nous.

Enfin, pas complètement paralysée non plus : on a bien commencé (timidement) à mettre en place de la CAA, afin d’essayer de donner tort à « les cordonniers sont les plus mal chaussés ». Car, vous vous rappelez ? Il n’est jamais trop tôt pour commencer (ni trop tard).

Après un rapide état des lieux sur l’AFSA (+ entretien téléphonique avec Lara Hermann), sur les blogs des parents d’enfants avec un polyhandicap (surtout aux USA parce qu’ils ont plus d’avance – et de compétences pour s’exposer sur le web), les chaînes Youtube, les articles de recherche, les discussions avec des gens qui s’y connaissent bien mieux que moi (surtout Marielle Lachenal, formatrice au Makaton, et plus récemment Mathilde Mella,  formatrice au PODD – explications un autre jour, mais si vous êtes curieux/se, regardez )… et avec, aussi, malgré tout, ma propre conception théorique, voir philosophique, de la communication et du langage, mes connaissances déjà acquises sur la CAA, les convictions que j’en avais tirées, ma capacité à digérer et à nous projeter dans tout ça, et bien…

J’étais (presque) complètement paralysée.

Et c’est là qu’on est content de ne pas être tout seul pour que les gens « du terrain » nous ramènent un peu dans la vraie vie, parce que Céleste : c’est maintenant, pas dans 10 ans… Même si avec mon égo de chercheure, j’aimerais bien – aussi – révolutionner la CAA d’ici 10 ans, mais c’est une autre histoire, qui j’espère va s’écrire un peu en parallèle de celle-là (même si ce n’est qu’une petite révolte et pas une révolution, hein, ;-)). Peut-être.

En attendant, j’essaie de faire des compromis avec moi-même et vous allez voir dans mes posts suivants que ça n’est pas gagné… On ne se refait pas en 16 mois.

Ok, d’accord, oui mais avec Céleste : on fait quoi sinon ?

Je pensais que je ferais un post sur « tout » mais ça me prendrais trop de temps – « et du temps j’en n’ai pas », je commence à ne plus savoir où le prendre – alors j’abrège, après tout, c’est un blog, pas un livre, ni une thèse 😉 et je décompose.

Heu oui d’accord, j’avais dit dans le titre que je parlerai de communication avec les mains, pas que je condenserai trop d’idées en trop peu de lignes, objectif qu’un titre aurait peut-être du mal à résumer.

Alors, parlons du geste manuel pour communiquer.

J’ai travaillé dessus pendant ma thèse, je pourrais en écrire et en écrire encore et encore sur le sujet puisque je fais de la recherche sur les liens entre le mouvement et le langage. Ce que je vais écrire ici, encore une fois, est très simplifié, ça n’est pas un article de recherche hein ? C’est un post de maman qui cherche, pas d’une chercheure maman. 

Geste manuel et CAA

Le geste manuel est le moyen de communication alternative qui me paraît le plus « naturel ». Les enfants avec surdité le mette en place très tôt et ce même quand leur parents préféreraient qu’ils parlent (cf. les premiers travaux de Goldin-Meadow). Ils peuvent aussi développer un vrai langage gestuel quand ils sont ensemble. Ceci a été étudié chez une communauté d’enfants avec surdité au Nicaragua, en particulier par Ann Senghas, Professeure à l’Université de Columbia https://barnard.edu/profiles/ann-senghas.

 

Et de plus en plus de chercheurs s’intéressent à la langue des signes, en particulier les linguistes car c’est une vraie langue, pas une sous-langue (ni une Novlangue ;-)) par exemple, à l‘institut Jean-Nicod de l’ENS à Paris. Le geste a l’inconvénient ne pas pouvoir s’entendre mais il a plein d’autres avantages.

D’abord, il repose sur le système visuel et il est « holistique » c’est-à-dire « global » par opposition à la parole qui repose sur l’audition et qui est très sérielle (même si le geste est aussi sériel et s’organise dans le temps, si je dis « banane » en parlant ou « banane » en mimant la forme de la banane avec mes deux mains, on se doute bien que ça ne fait pas appel aux mêmes compétences perceptives pour celui qui comprend, ni aux mêmes compétences motrices pour celle qui s’exprime, cf. ci-dessous à 40 sec).

Le geste a aussi l’avantage de ne pas nécessiter autre chose qu’un cerveau, des bras et des mains, et donc il est très « portable », par rapport aux images ou l’IPAD – qui a en plus besoin d’électricité (bon ok, la nuit il faut aussi l’électricité pour le geste mais la bougie ça marche aussi, pas pour l’IPAD ;-)).

Le geste est aussi très connecté à la parole sur le plan moteur. Regardez les bébés quand ils font « bababababa », que font leurs mains ? Souvent elles bougent au rythme des « bababa ». Il y a de plus en plus de travaux de recherche sur les liens entre les compétences motrices précoces et l’acquisition du langage… Comment les enfants commencent-ils à communiquer par le langage ? Ils pointent avec leurs doigts, puis ils associent un mot au geste et c’est parti. La recherche sur le geste communicatif et ses liens avec la parole et l’apprentissage conceptuel est en plein essor pour ne pas parler d’explosion (cf. l’explosion du nombre de publications et de citations de Susan Goldin-Meadow,  chercheure américaine à Chicago, qui est devenue une référence pour ses travaux sur les liens entre les gestes manuels et la parole et l’apprentissage conceptuel).

Enfin, pour la plupart des gestes, on peut prendre les mains de l’enfant et lui faire faire ! Ce qu’on ne peut pas faire avec la parole… Je ne sais pas si ça aide, mais si ça aide d’aider l’enfant à se retourner et à ramper, je ne vois pas pourquoi ça ne l’aiderait pas de lui faire faire des gestes pour communiquer (sans mettre la pression bien sur, tout ça reste un jeu, et avec beaucoup d’aide comme dans ma phrase).

Alors on fait quoi ?

Alors le geste, c’est ma CAA favorite. Je me mets des vidéos Youtube de la langue des signes française, comme celle des fruits ci-dessus ou comme celle-là  :

et je « joue » à faire les gestes à Céleste. Elle ne regarde pas tout le temps. Alors j’en fais des très gros, des très grands et je dis les mots avec beaucoup d’intonation, d’accentuation etc. Bref, j’en fais des tonnes pour essayer de capter son attention et des fois ça marche. Je refais aussi ce que fait son orthophoniste : les gestes des animaux en lui montrant les animaux en images ou figurines et en disant le nom. Il y a aussi un dictionnaire en ligne de la LSF (==Langue des Signes Française), mais je ne trouve pas toujours le mots que je veux dire.

Et puis comme me le dit Marielle Lachenal depuis plus de 6 mois : il faut que je fasse la formation Makaton. Mais j’y vais à reculons parce que Makaton c’est payant et fermé… Et pour moi, ça n’est pas acceptable. Je sais bien qu’il y a des arguments pour et qu’il faut bien que les gens vivent : les médicaments sont bien payant, les médecins aussi… Heu oui, mais heureusement pour nous – et je ne sais pas pour combien de temps – c’est quasi gratuit encore en France. Alors pourquoi devrait-on payer pour que notre enfant puisse s’exprimer alors que c’est un droit fondamental et même fondamentalement humain ? Le fait que ce soit payant/fermé rajoute encore des obstacles à des parents et à des professionnels pour qui ça n’est déjà pas si évident que ça de s’y mettre. C’est la même chose pour les outils de communication par images low-tech et high-tech dont je parlerai dans un autre post. Bref. Je dérive vers la revendication. Retournons au geste et Céleste.

Le geste, Céleste et nous

J’avoue que j’ai très peu d’espoir que Céleste parvienne à contrôler ses mains de manière suffisamment complexe pour accéder au langage par le geste en expression. Car même si gestualiser c’est globalement plus « simple » que de contrôler son conduit vocal, au moins quand on a un syndrome orofacial, comme c’est le cas des personnes avec trisomie 21, quand on a un problème de contrôle et de coordination global comme Céleste, c’est moins évident. Alors j’essaie de garder le geste pour l’aider à comprendre, son orthophoniste utilise le Makaton, et un peu aussi les professionnelles de sa crèche. Et puis j’ai quand même vu des vidéos de personnes avec le syndrome d’Angelman capables de faire des gestes (cf. https://www.youtube.com/watch?v=2N3VwdKTrmM ou là https://www.youtube.com/watch?v=nntAtiyzLzo, par exemple). Il faut être patient : c’est une chose que j’apprend avec Céleste, moi qui suis d’un naturel « trépignant ».

Le problème du geste c’est que culturellement, en France ça n’est pas très bien vu de « gesticuler », ailleurs aussi probablement. Du coup on (enfin, je) est/suis assez mal à l’aise quand il s’agit de faire des gestes en public et il faut surmonter ça.

J’essaie de comprendre pourquoi j’ai du mal faire les gestes en présence de quelqu’un et pas quand je suis chez moi. Je me dis que si j’ai ce ressenti, d’autres parents doivent l’avoir aussi. Comment en venir à bout ? C’est quelque chose d’ancré dans ma culture, une honte ou une gène dont il faut que je me débarrasse parce que je me dis que si Céleste arrive à contrôler un peu ses mains, le geste peut vraiment lui fournir un vocabulaire de base pour exprimer au moins ses besoins primaires (« encore », « c’est fini », « je veux manger », « je veux boire », « je veux dormir », « je veux jouer », « j’ai un problème », « je veux dire autre chose » — vous saurez dans un prochain post pourquoi je choisi ces expressions là en particulier), mais  le geste peut aussi porter les bases de l’échange quotidien : « bonjour », « coucou », « aurevoir », « merci », « d’accord », « pas d’accord », « papa », « maman »… Ce qui est bien c’est que je peux m’entraîner à faire des gestes avec les enfants de la crèche quand je fais mes permanences, et les enfants adorent ça : tous, parlant ou pas.

Bref, avoir 10 vs. 0 signes ou même 5 vs. 0 ça peut changer énormément la vie, si les autres veulent bien se donner la peine de les comprendre… Parce que j’en ai entendu des « vertes et des pas mures » pour ne pas dire moins poliment « une chianlie de conneries » sur les crèches, les écoles et parfois même les IME et/ou les parents qui refusent que l’/leur enfant signe parce que bon, ça paraît évident que si « ce fainéant » de gamin signe avec ses mains, il ne va pas se donner la peine de parler, parce que bon, quand même il/elle n’est pas sourd(e), et puis quand même : « l’essence de l’Homme c’est de parler ». C’est vrai. Mais on parle « pareil » avec nos mains. Oui, ça me met très très en colère je renvoie ici, pour ne pas reboucler sur ma colère une fois de plus et re-devenir vulgaire.

Oui mais bon, sinon, toi, toi, tu fais quoi avec Céleste ?

Oups, j’ai pas mal dérivé alors en résumé sur le geste et nous :

  • Depuis que Céleste a environ 6 mois, j’essaie de lui apprendre le geste de pointage, qui pour moi est la base de la communication (attention partagée + acte de montrer == première clé pour entrer dans le langage). Je lui fais essentiellement montrer des images sur les livres quand je lui lis des histoires. On a eu très vite l’impression qu’elle « pointait » (== donnait un coup avec sa main) quand on lui demandait de nous montrer le papillon dans son petit livre « La couleur du ciel » de la collection Montessori ou qu’elle « caressait » le chat dans « Balthazar caresse le chat » de la même collection. Et puis j’ai eu l’impression qu’elle a arrêté de le faire, aussi parce qu’on a lu d’autres livres. Et maintenant j’ai du mal à savoir si oui ou non elle pointe. J’ai quand même l’impression que oui, en tapant de manière imprécise avec sa main. Pourquoi c’est important ? Parce qu’elle fait un geste qui répond à une question et donc : elle comprend !
  • Depuis qu’elle arrive un peu à se déplacer au sol, ou sur le camion, elle commence à tendre le bras pour attraper des objets qui ne sont pas accessibles. Et ça, c’est ce que j’attendais impatiemment, parce que je me dis que je vais pouvoir interpréter ce geste comme un geste de pointage et qu’elle devrait ensuite comprendre qu’en tendant le bras vers un objet, elle pourra attirer mon attention dessus et avoir l’objet par mon intermédiaire. Bref, on en est aux prémisses de l’attention partagée.
  • Depuis quelque temps on utilise « Proloquo2Go » qui est un outil de CAA « hightech » avec image + synthèse vocale sur l’IPAD et auquel je vais prochainement dédier un, voire plusieurs post(s), car je l’ai choisi comme support de base pour la communication avec images de Céleste. Elle a très vite compris qu’elle pouvait « faire parler » l’IPAD en cliquant sur les images. D’ailleurs à 8 mois, on jouait à « papa-maman » sur l’Itouch de mon mari : une photo de papa et une de maman qui disait « papa » vs. « maman » et ça lui plaisait vraiment de nous faire réagir à tour de rôle en appuyant sur Papa vs. Maman. Heu mais que font l’IPAD et Proloquo ici dans le post sur le geste ? Et bien, les outils de communication par image ont besoin du geste de pointage (ça peut-être aussi du pointage par le regard). Et c’est un gros morceau de notre recherche, à mon mari et à moi le geste de pointage.
  • On fait des gestes classiques que tout le monde fait au quotidien : « coucou », « au revoir », « non », « super » etc. Ceux-là sont faciles à faire, ils sont bien admis socialement. Céleste essaie de faire « coucou », « au revoir » depuis qu’elle a 7/8 mois certes, elle a du mal, et ça lui prend du temps mais elle essaie.
  • Et on fait des gestes de la LSF ou du Makaton : « encore », « c’est fini », « maman », « papa », « pain », « manger », « boire », « dormir », « se laver », « se promener », « le chat », « le chien », « la vache », « le lion », « le crocodile », « le singe », « la pomme », « le gâteau », « de l’eau », « ranger », « la banane » etc. Bref, ça s’apprend plutôt très vite en fait les signes et très « naturellement » : c’est bien plus facile je trouve que d’apprendre une autre langue parlée et c’est plus « amusant ».
  • On fait plus facilement les gestes en chantant, à la maison mais surtout à la crèche où ils font des comptines gestualisées tous les matins…
  • Et avec l’orthophoniste le mercredi matin.

Mais je trouve qu’on ne les fait pas assez, « les gestes », je voudrais bien qu’ils deviennent « naturel ». Et pour l’instant, je ne sais pas si Céleste « les voit » mais je suis convaincue que si on est persévérant, un jour elle y arrivera.

Et puis je me dis que peut-être un jour tous les enfants apprendrons la LSF à l’école et qui sait, peut-être que ce jour là, il n’y aura plus de Dyslexiques ? C’est peut-être n’importe quoi ce que je dis là, et c’est surement étudié : ça n’est pas mon domaine la dyslexie.

En tout cas, si on en croit les travaux sur l’apprentissage des maths et autres apprentissages  (cf. Goldin-Meadow et al.) : faire des gestes ça aide les enfants à apprendre quand l’instituteur les faits mais aussi quand eux-même les font, notamment dans des tâches de résolution de problème (pas des gestes de la LSF forcément, hein). Toujours dans les travaux de Goldin-Meadow et collaborateurs, il semble que quand le geste « contredit » la parole, c’est un signe que l’enfant va progresser dans sa compréhension.

Alors, soyons désinvoltes, n’ayons peur de rien, gestualisons 😉

 

4 commentaires sur “Tu communiqueras : Avec tes mains ?

  1. Alors ça alors… honte de faire les signes ? Pourquoi ? Au contraire. Quelle richesse. Une langue en plus pour communiquer.
    Je vais être si heureuse de les réapprendre et cette fois je ne les oublierai plus car ils auront un but, communiquer avec Céleste 😊

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s