Tu communiqueras : de 1 à 4 boutons grace au whisky en finissant par les US

Non ça n’est pas un post sur « le  whisky G. c’est fini » comme pourrait le faire croire l’image mais pas le titre 😉

En fait, c’est un post sur le bricolage de samedi dernier pour qu’on passe de un bouton « encore » à 4 boutons : « encore », « manger », « jouer », « c’est fini ».

De « encore » à : « encore »,  « manger », « jouer », « c’est fini »

Je n’ai toujours pas eu le temps d’expliquer mes choix de mots parce que c’est un post qui va prendre du temps à écrire et que je ne sais pas si je vais le trouver avant Noël ce temps.

Juste pour dire que ces 4 « mots » ne sortent pas de nulle part, ni leur nombre. En fait il y aurait du en avoir 8 mais je n’ai que 6 boutons dont 1 défectueux et un que j’ai sacrifié pour la « science » la bonne cause et j’hésite à en recommander : à 10 euros pièce ou 53 euros les 6 sur hoptoy ou 138 livres sterling les 30  (sans les frais de port) sur InclusiveTechnology, onréfléchit. C’est pas comme si ils coûtaient 50 centimes et que je pouvais les collectionner comme les boutons de vêtements de la boite de stimulation sensorielle du CAMSP. Ça viendra, mais alors ils seront devenus désuets et peut-être qu’on aura trouvé le moyen de faire parler les boutons d’acné ou de piqures de moustiques (plus rien ne m’étonne).

Donc Céleste avait le bouton « encore » et on le collait avec du scotch double-face sur le plateau de sa table parce que ce qu’elle aime, c’est prendre le bouton dans ses mains. Le problème c’est qu’après il parle sans qu’elle lui demande vraiment et il se prend de la purée++, quand elle ne l’envoie pas balader sur le sol avec ses mouvements « parasites ».

Et puis :  j’en avais marre de coller le bouton à chaque fois et j’avais encore moins envie de le faire avec 2 boutons. Or, même si certains ne seront peut-être pas d’accord avec moi, la première condition de réussite de la CAA c’est certes que les parents, l’environnement l’utilise pour que l’enfant ait « un modèle » mais c’est surtout qu’elle soit assez simple à utiliser pour « ces fainéants de parents » qui ne sont que bons à s’exprimer par la parole. C’est sur : il faut s’y mettre mais il faut aussi y rester une fois qu’on s’y est mis et pour ça, pas de secret : il faut que ce soit facile et agréable à utiliser au quotidien.

Alors, allant dans ce sens, mon mari est en train de faire un tableau de communication « tangible » un peu plus sophistiqué, mais il n’a pas des masses de temps non plus alors ça avance doucement. Et Céleste, encore une fois : c’est maintenant.

Donc je me suis lancée un petit défi du samedi après-midi pendant la sieste des autres : faire un prototype utilisable d’un socle avec 4 boutons parleurs, et exclusivement avec ce qui traînait à la maison.

Ce qui traînait à la maison…

  • Une boîte de Whisky Glen. vide, 12 ans d’âge. J’ai choisi cette boîte car c’est du carton costaud et elle avait à peu près la bonne dimension.
  • Un Opinel (quand on est savoyard, on ne se renie pas), des ciseaux, du papier de verre pour poncer un peu le carton.
  • 4 vieux gobelets en plastiques jaunis par le temps dont la raison d’être a enfin pu se faire comprendre et a confirmé que j’avais bien fait de les garder dans le tiroir de la cuisine depuis 15 ans et 3 déménagements, hein ?
  • Et pour « la décoration » – je mets entre guillemets car il est vraiment très moche mon truc (comme mes photos d’ailleurs) – un rouleau de plastique collant qu’on avait acheté pour coller sur des planches en aggloméré, du gros scotch noir d’électricien et de la peinture acrylique qui trainait par là.
  • Mon mari et moi 😉

Quelques heures…, et voilà : un whisky – boutons

Ok, ça n’est pas très bien fait mais au moins ça existe ! Céleste n’arrive pas à enlever les boutons, elle a bien essayé au début puis elle a laissé tomber parce qu’elle s’est rendue compte que si elle appuyait sur « manger » : on lui apportait à manger et finalement, c’est mieux que de tripoter des boutons.

WISK.png

Pendant le repas, elle appuie sur « encore » des fois, on dirait bien en faisant : »exprès ».

Ah j’ai oublié : les icônes sont celles de Proloquo2Go. Oui, je sais ça fait 5 fois que je dis que je vais en parler.

Si elle arrive à s’en servir, je recommande des boutons et je fais un plan pour la découpeuse laser du fablab pour faire un support plus propre et plus facile à refaire et avec 8 boutons… Parce que sinon, on va devoir racheter du whisky 😉

Ou alors, passer par les US…

https://enablingdevices.com/product/cheap-talk-8-1-level/

Screen Shot 2018-12-04 at 05.40.40.png

Mais bon 230 euros + taxes de livraisons++ pour 8 boutons enregistreurs qui parlent sur un socle et qui peut-être ne vont pas marcher bof bof. Mais c’est exactement ça qu’on voudrait avoir…

5 commentaires sur “Tu communiqueras : de 1 à 4 boutons grace au whisky en finissant par les US

  1. Whaaaaa épatatatouflée par ta whisky boutons. Bravo. Tu n’as pas les deux mains coincées dans le même gant (de ski de fond bien sur) !!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s