Tu communiqueras : La CAA – 1. Définition

Si on se base sur les articles qui répertorient les compétences des personnes avec le syndrome d’Angelman, la probabilité que Céleste puisse parler est proche de 0. Sans abandonner l’espoir qu’elle puisse produire au moins quelques mots, nous devons soutenir sa communication et son accès au langage via des méthodes alternatives qu’on appelle la « CAA ».

J’étais partie pour faire un seul post sur la CAA mais je pense que je vais en faire plutôt plusieurs – voir beaucoup parce qu’il y a tellement à en dire entre la recherche et notre expérience avec Céleste (pas nos expériences, hein, on cherche mais pas tout le temps quand même, des fois on applique, et surtout on s’applique à essayer d’appliquer ;-)).

CAA = La Communication Augmentée et Alternative

Quand je parle de communication augmentée et alternative, la plupart des gens en général me demandent :

« c’est quoi ? »

En anglais, AAC signifie « Augmentative and Alternative Communication » qui a été traduit par « Communication Améliorée et Alternative ». Je n’aime pas cette traduction. Je préfère « Communication Augmentée et Alternative  » pour trois raisons :

  • Je pense que la CAA s’inscrit très bien dans le concept de « l’homme augmenté », qui permet aussi de voir une continuité entre le handicap et la « normalité » plutôt que de les voir comme deux catégories séparées. Si vous avez un smart-phone, vous êtes un Homme augmenté. Mais l’Homme est par nature augmenté par ses outils, pas forcément « amélioré » (sick). Le sujet mériterait qu’on s’y attarde mais heureusement, d’autres l’ont fait, comme par exemple Andy Clark, un philosophe britannique dans « Natural Born Cyborg » (que je traduirais pas L’homme est un Cyborg Né).
Clark, A. (2001). Natural-born cyborgs?. In Cognitive technology: Instruments of mind (pp. 17-24). Springer, Berlin, Heidelberg.
  • « Augmenté » c’est un mot clé de la recherche en Interaction Homme-Machine (IHM, cf. Réalité Augmentée) qui est un domaine de recherche et de développement qui devient incontournable pour la CAA et qui m’intéresse depuis « toujours » dans le contexte de l’Homme Augmenté.
  • Mais je préfère « Augmenté » à « Amélioré » aussi parce qu’en anglais, on dit « Augmentative and Alternative Communication » et que parfois les anglicismes font du bien pour exprimer des concepts que notre langue française (ou plutôt que MA langue française) ne peut qu’approximer.

Bien que la plupart des gens n’aient jamais entendu parlé de CAA, elle se développe depuis « longtemps » dans un monde parallèle qui échappe à ceux qui ne sont pas en contact des personnes en situation de handicap et plus particulièrement, des personnes qui ne peuvent pas ou très peu parler. Jusque là, rien de choquant. Là ou ça devient grave c’est que malheureusement, la CAA n’échappent pas qu’à ceux-là… Elle est encore trop peu connue et développée par les services d’éducation précoce, en particulier chez nous, en France.

Ca vous surprend ?

Ok plus de 6 paragraphes et toujours pas de définition en vue. Ca vient, c’est la règle numéro 1 de la CAA (et pour me suivre) : la patience. Surtout que j’ai commencé  à m’y intéresser dans le cadre professionnel et que depuis le diagnostic de Céleste c’est une passion qui a viré à l’obsession.

Mais à part ça, c’est quoi la CAA ?

Selon l’ASHA (American Speech-Language-Hearing Association)

Augmentative and alternative communication (AAC) is an area of clinical practice that addresses the needs of individuals with significant and complex communication disorders characterized by impairments in speech-language production and/or comprehension, including spoken and written modes of communication.

AAC uses a variety of techniques and tools, including picture communication boards, line drawings, speech-generating devices (SGDs), tangible objects, manual signs, gestures, and finger spelling, to help the individual express thoughts, wants and needs, feelings, and ideas.

AAC is augmentative when used to supplement existing speech, and alternative when used in place of speech that is absent or not functional.

AAC may be temporary, as when used by patients postoperatively in intensive care, or permanent, as when used by an individual who will require the use of some form of AAC throughout his or her lifetime.

Une proposition de traduction :

La Communication Augmentée et Alternative (CAA) est un domaine de la pratique clinique pour répondre aux besoins des personnes avec des troubles importants et complexes de la communication affectant la production et/ou la compréhension du langage verbal, incluant la communication parlée et écrite.

La CAA utilise des techniques et des outils variés incluant les tableaux de communications imagés, les dessins au trait ( ?), les dispositifs avec sortie vocale, les objets tangibles, les signes manuels, les gestes, l’épellation avec les doigts, afin d’aider la personne à exprimer ses pensées, ses besoins, ses sentiments et ses idées.

La CAA est dite augmentative quand elle est utilisée pour enrichir la parole et alternative quand elle est utilisée pour remplacer la parole lorsque cette dernière est absente ou non fonctionnelle.

La CAA peut être temporaire, quand elle est utilisée par exemple par des patients en soin intensifs post-opératoire ou permanente quand elle est utilisée par une personne qui requiert l’utilisation d’une CAA toute sa vie.

Bon alors d’abord, selon cette définition, je trouve que traduire «augmentative » par « améliorée » ça n’est vraiment pas idéal (mais bon traduire « supplement » par « enrichir » non plus me direz vous).

Sinon, la CAA c’est donc un ensemble de méthodes et de techniques utilisées pour aider les gens qui ne peuvent pas ou qui ont du mal à communiquer par la parole . C’est donc un énorme fourre-tout qui va, comme le dit la définition de l’ASHA, du geste à l’image, aux applications avec sortie vocale (cf. l’Ipad qui « parle » par exemple), aux objets etc. auxquels selon Cress et Marvin (2003) – et je suis bien d’accord – on peut ajouter l’adaptation de l’interlocuteur (c-à-d., la capacité de l’interlocuteur à se comporter de manière à favoriser la communication de la personne qui a du mal à s’exprimer par le langage parlé).

Cress, C. J., & Marvin, C. A. (2003). Common questions about AAC services in early intervention. Augmentative and Alternative Communication, 19(4), 254-272.

Pour simplifier le concept, il s’applique aussi bien aux enfants en cours de développement qu’aux adultes qui n’ont jamais pu développer la parole, qu’à ceux qui l’ont développée puis l’ont perdue et qui vont pouvoir ou ne pas pouvoir la retrouver.

Si je pointe vers ce point et que j’utilise le terme de « fourre-tout » un peu négatif, ça n’est pas parce que je trouve que ça n’est pas bien la CAA, bien au contraire, mais je regrette qu’on mélange tout sous le même chapeau parce qu’en mélangeant trop, on arrive à des solutions pas forcément bien adaptées.

Et c’est à cela que je me heurte en ce moment avec Céleste.

Ok, ce post reste très abstrait, la suite très bientôt.

 

 

4 commentaires sur “Tu communiqueras : La CAA – 1. Définition

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s